Accueil » Critiques » Jose Peña Pilar Rodríguez
pilar.es.rodriguez@gmail.com


Photographie
Français Español Ajouter aux favoris



Il y a une forte volonté de façonner ces tas de paille comme le ferait un sculpteur. Et de même que le peintre nous transporte dans ses paysages bien à lui, l’image que Pili Rodríguez a vu dans sa tête nous est offerte par ses photographies faites dans un mouvement lent qui va au-delà de ce qui préalablement était un simple tas de paille. Perspective d’une réalité pour construire l’architecture de l’éphémère. La paille comme matière de création. Depuis sa fragilité, sa légèreté pour devenir compacte, forte, dense, massive, aussi lourde que le fer, prête à résister à toutes les intemperies. Mastabas qui apparaissent comme des spectres venus du passé pour s’imposer dans un paysage solitaire, sans limite, désolé, au milieu de nulle part. Des monuments de paille brodés de fils brillants absorbant la lumière pour nous la renvoyer.